( 5 octobre, 2016 )

Toi, délicieuse petite humaine

Délicieuse petite humaine
Qui arpenta dignement
Les chemins, mais le cœur saignant
Tu t’en fus comme une reine

Vers des contrées inconnues
Invisibles à l’œil nu.
Tes yeux s’ouvriront alors
Sur un monde recouvert d’or

Face à cette découverte
Tu resteras muette
Toi, dont les souffrances, ici
Avaient coupé la parole, étouffé les cris

Puis dans une lente respiration
Comme tu n’en avais plus connue
Tu regarderas avec passion
Cet univers doux, dont le flux

Des chants, te berceront.
Tu n’auras plus ni mal, ni peur
Tes yeux secs de tes pleurs
Alors pour toujours seront.

2 Commentaires à “ Toi, délicieuse petite humaine ” »

  1. 010446g dit :

    JOLI!

    Dernière publication sur le radeau du radotage : D'après une photo (Le blog de Sylvie 2 14 octobre 2018)

  2. espriterrant dit :

    Une petite déesse du soleil, une fée, que je n’oublierais pas. Touchée que ce court poème ait au moins interpellé quelqu’un. C’était une enfant qui méritait au moins cela. Alors merci pour elle, pour sa mémoire, pour le commentaire…

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|